Comment détecter un problème de dyslexie

La dyslexie se manifeste par des difficultés à lire et à écrire, ce trouble de l’apprentissage touche environ un enfant sur vingt. Mal diagnostiquée, elle peut entraîner un échec scolaire ou favoriser le repli sur soi-même. Consulter un spécialiste permet de confirmer le problème. Toutefois, certains signes détaillés par ce blog sur le soutien scolaire constituent un signal d’alarme.

Des difficultés multiples

Souvent, les dyslexiques excellent à l’oral mais éprouvent d’énormes difficultés quand il s’agit de lire ou d’écrire. Sur ces plans, ils sont en retard comparés aux autres élèves. Comme la majorité des matières et la méthode d’enseignement sont surtout basées sur la lecture et l’écriture, ils se distinguent rapidement par leur difficulté à fournir le travail demandé, un résultat rapidement interprété pour un manque de motivation et une insuffisance d’attention. Cependant, lorsque le professeur sollicite leur sens de l’observation ou fait appel à leurs dextérités, ils se démarquent par leurs performances très au-dessus de la moyenne.

Un souci de vision non confirmé

La lecture d’un texte offre plusieurs indications. Ils répètent les syllabes ou les mots, multiplient les inversions, omettent certaines parties, en rajoutent d’autres et surtout, ils éprouvent des difficultés à bien comprendre. Étant donné que ces exercices les rendent mal à l’aise, ils se plaignent souvent en évoquant des maux de tête persistants, voire des problèmes gastriques… qui disparaîtront comme par enchantement, une fois qu’ils ne doivent plus lire. Suspectant un problème ophtalmologique, les parents les emmènent alors chez un spécialiste qui ne détectera aucun souci particulier.

Une illustration des problèmes courants

Les syllabes illustrent la difficulté des dyslexiques. Ils ne parviennent pas à décomposer un mot correctement, lorsque les parties sont fournies séparément, ils ne réussissent pas à les coller. Ils écrivent ainsi plusieurs syllabes à la suite, sans former un mot.

Quand ils lisent, ils confondent aussi bien les consonnes que les voyelles. On peut citer parmi les plus courants la prononciation du F en V, du C en G et du S en Z. Par exemple, ils liront Sèbre au lieu de Zèbre.

Chaque enfant est unique, lorsque les difficultés persistent, il est important de consulter un orthophoniste en vue de commencer une prise en charge appropriée dès le plus jeune âge.